Emile DECKERS (1885-1968)

Portrait de vieil homme arabe

 

 

Portrait d'homme arabe, tableau orientaliste d'Emile DECKERS (1885-1968)

Emile DECKERS (1885-1968), Portrait de vieil homme arabe, école orientaliste

Ecole belge du XXème siècle 

Portrait de vieil homme arabe

Huile sur carton

Signé « E Deckers », situé à Kigali et daté 1947 en bas à gauche

A vendre / For sale

 

L’artiste

Émile Deckers est formé à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, puis à Paris comme élève de Carolus Duran et Evariste Carpentier. Il obtint le premier prix d’anatomie et le premier prix de peinture en 1904, médaillé du gouvernement belge 1904 (concours supérieure de peinture d’après modele vivant en 1906) ainsi que le prix Donnay (bourse de voyage). Il est à vingt et un ans premier prix de composition historique, et en 1911 nommé membre du Jury de l’Académie royale des beaux-arts. Il est au front durant toute la première guerre mondiale, et est fait chevalier de l’Ordre de la couronne, titulaire de la médaille belge de la Victoire et de la commémoration de la défense de Liège.

Il s’installe à Alger en 1921 et s’y fait connaître comme peintre « orientaliste », réputation justifiée qui lui apportera la notoriété. Il peint notamment des scènes de genres locales, et notamment des portraits de  Kabyles, touaregs ou tribus du sud et de l’Atlas. Sa facture se rapproche de celle de son prédécesseur Edouard Herzig. Il réalise de grands formats de portraits souvent en trois visions ou plus (sa « marque de fabrique »), toujours très demandés de nos jours par les collectionneurs. Dès 1930 il se partage entre Alger et sa Belgique Natale l’été. En 1940 Il s’installe au Congo Belge qu’il ne quittera que en 1950. De nationalité belge, il reste à Alger après juin 1962, et ne quittera la ville qu’en 1966. Il rentrera en Belgique à Verviers où il s’éteint le 6 février 1968.

(Source : wikipedia)

 

Expositions et Musées

Il a participé à différents salons, notamment à Alger en 1922 au Vieux chêne,  à la galerie Saint-Girons en 1925, en 1931 ainsi qu’au Salon des artistes orientalistes algériens en 1950. Il a également participé au Salon des artistes français à Paris en 1930.

Une partie de ses oeuvres sont conservées dans les Musées de villes telles que Paris, Narbonne, Londres, Washington, New-York, Bruxelles, Anvers, Liège, Verviers, Berlin, Hannovre, Cassel, Aachen (Aix la Chapelle), Berne et Zurich.